CX. Casse-pipe, de Louis-Ferdinand Céline

29 juin 2015

Casse-pipecover

*

«-Meheu, c’est le bordel votre poste ! Le désordre et l’anarchie ! Et tout de suite une rafale d’injures, de menaces, avec forts rotements. Je pouvais pas lui voir bien les yeux à ce Rancotte à cause de la lampe fumeuse, un tison, et puis surtout de son képi, en avant, en éventail, une viscope extravagante.
Il s’est retourné pour prendre ma feuille… Il a lu mon nom… Ça l’a fait grogner aussi:
«Munnh! Mmrah!…» Comme ça. Il a reboutonné sa tunique. Il devait être à pioncer là-haut dans une autre cagna… Il se dandinait un peu en mirant ma feuille de biais en travers, comme si je la lui donnais falsifiée. Il grognait toujours…
Sûrement que c’était une tête de lard, j’en avais vu déjà beaucoup, moi, des figures rébarbatives, mais celui-là il était fadé comme impression de la pire vacherie. Ses joues étaient comme injectées de petites veines en vermicelles, absolument cramoisies, des pommettes à éclater. Les petites moustaches, toutes luisantes, pointues et collées des bouts… Il se mâchonnait un mégot dans le coin de la lèvre… Je l’énervais évidemment… Il allait me dire quelque chose… Il soufflait fort de tout son nez comme un chien. Quand une question lui a passé d’un seul coup… comme ça brutalement…
– Et la poudrière, Le Meheu ? Vous y pensez pas ? Non ? Des fois ?»

*

C’est un roman digne des meilleures descentes aux Enfers. Qui commence, comme c’est souvent le cas, par un portail terrifiant, énorme, dantien ou dantesque, comme on voudra. «L’heure venait juste de sonner… J’avais attendu devant la grille longtemps. Une grille qui faisait réfléchir, une de ces fontes vraiment géantes, une treille terrible de lances dressées comme ça en plein noir». Mais il n’y a pas de Virgile pour venir balader Ferdinand d’une bolge à l’autre: seulement des officiers braillant, dégueulant leur magma de jurons et leurs déluges de menaces. Pas non plus de Béatrice étendue sur une divine ottomane, attendant que l’initié revienne en sueur des cachots: dehors c’est la nuit d’encre, le plein noir.
L’histoire est presque insignifiante: un épisode de la vie militaire, un peu cocasse sans être en-lui-même romanesque. C’est qu’il fallait bien l’insignifiance d’une anecdote de bidasse pour que se révèle le Céline magicien, transformant le propos de table ou l’historiette cradingue en une boîte de Pandore. Une littérature du presque rien, qui finit en hilarant cauchemar.
Et pas question de rester spectateur: c’est en lisant Casse-pipe qu’on finit par trouver Dante un brin irritant, ou plutôt un peu tiède, dans ses façons de spectateur. Il regarde, il questionne, et parfois même, submergé, défaille, comme une vierge aux gladiateurs… On préférerait que sa position de voyeur infernal assume ses pulsions oculaires jusqu’à atteindre la Clara du Jardin des supplices de Mirbeau; qu’il ne cache pas l’extraordinaire recharge libidinale du sang et des cris pour celui qui les recueille depuis son siège. «Mais moi aussi, je pâlis … Moi aussi je tremble … Sans ça, je ne m’amuserais pas … Alors, tu me crois méchante ?…». Au moins, la succube Clara trouve un usage des plus pratiques à son canotage sur hémoglobine: attiser le feu pulsionnel qui se consume dans de gigantesques amours post-traumatiques: «Que, le lendemain même, je n’eusse plus à moi ces yeux pâmés, ces lèvres dévoratrices, le miracle, chaque nuit, plus imprévu de ce corps aux formes divines, aux étreintes sauvages et, après les longs spasmes puissants comme le crime, profonds comme la mort, ces balbutiements ingénus, ces petites plaintes, ces petits rires, ces petites larmes, ces petits chants las d’enfant ou d’oiseau, était-ce possible?»  Dante n’avait pas autant d’excuses que Ferdinand dans ce passage sous silence du plaisir pris à l’horreur: pour ce dernier au moins, l’Enfer militaire ne laissait comme péché capital que celui de l’ivrognerie, lequel – on l’a souligné dans le billet sur Nord – est toujours étranger au narrateur célinien. Chez Céline, comme d’habitude, ce qui est «puissant comme le crime», c’est l’animal humain; et ce qui est «profond comme la mort», ce n’est pas l’inventive bagatelle, mais la nuit. Dévorante mais silencieuse, primordiale sans être utérine, c’est la ténèbre des espaces infinis pascaliens: elle met l’homme face à son insignifiance, elle lui renvoie dans la gueule son infinité gullivérienne, et baste ! Que l’humaine chose fasse avec ! Qu’on ne se méprenne pas en rappelant l’image – indépassable ! – de la nuit du Voyage: «Par là, où il montrait, il n’y avait rien que la nuit, comme partout d’ailleurs, une nuit énorme qui bouffait la route à deux pas de nous et même qu’il n’en sortait du noir qu’un petit bout de route grand comme la langue». Cette langue déroulée n’est pas la petite portion visible d’une rage maxillaire, celle d’une Nyx enragée. La nuit avale comme la baleine se gorge d’un plancton qu’elle ne voit même pas: elle bée, et l’infiniment petit se rue. Voilà tout.
Et là encore, avec cet art du grand écart qui dans le Voyage mettait l’infini à la portée des caniches, Céline offre aux affres métaphysiques le voisinage pathétique des insultes de garnison, des drames de relève. Un schibboleth oublié, et c’est la dérive nocturne sans terminus. Avec escale aux écuries, celles d’Augias, forcément – de l’Arcille, ici – dans lesquelles les hères uniformes se révèlent plus Dionysos qu’Hercules. On se cache sous le crottin, on picole et on pionce. On laisse l’Arcille, véritable Sisyphe à fourche, pourvoir aux fientes et à la piquette. On se fait tout petits lorsque passent en beuglant les forces gigantomachiques de la Nuit: le Rancotte maëlstrom du juron, les chevaux déchaînés qui ruent et s’échappent. Le «recoin de l’univers» pascalien défend ses centimètres à grands renforts de murailles de bouse. Saint Augustin avait la vue trop courte, il ne considérait le le coup d’envoi, lorsqu’il disait que «nous naissons entre la fiente et l’urine»: la belle affaire de s’émouvoir du conduit d’où l’on sort, lorsqu’on a un peu tâté du lieu où l’on arrive, et où l’on est bien obligé, un peu, de durer ! Pour Céline, c’est la vie entre fiente et juron, entre entre canassons mal débourrés et bestiaux galonnés qui se débourrent sur le bleu…

Nous disions ivrognes: chez Dante, c’est le troisième cercle de l’Enfer qui est l’éternelle villégiature de ceux qui étaient trop portés sur les plaisirs de la bouche. Et leur punition n’était autre que la fange, là aussi et… la pluie glaciale ! Avec Casse-pipe, on est en plein dedans ! «Sous les telles trombes de la flotte, rincées, fondues dissolues, c’étaient des paroles en bouillie qui retombaient dans le noir, mornes, flasques, ça réagissait pas du tout… Les tatanes elles bruitaient drôlement, des vraies pompes quand on rebouge un petit peu, qu’on est allé se planquer en face. Mais la pluie arrivait quand même». Inextricable supplice, déluge et merde, tout y est de «l’humide fléau» d’Aligheri, et comme Cerbère gueulant ses injonctions triple dose, Rancotte qui passe le régiment à la revue…

Alors, de Céline, de Dante, qui le pire ? Qui la palme infernale, le podium de la définitive catabase ? On se rappelle la question du pâle italien au sortir de la fosse à lards: «— Ô mon maître ! disais-je, la sentence suprême doit-elle aigrir ou tempérer les maux des réprouvés ? ou bien renaîtront-ils aux mêmes supplices ? — Écoute tes propres maximes, répondit le poète : La perfection d’un être est pour lui la mesure et du mal et du bien. Ces esprits malheureux seront toujours imparfaits, sans doute : mais, réunis au corps, ils s’uniront aussi à des douleurs nouvelles». Dante botte en touche: on attend pire, mais à mots couverts. En attendant, c’est un doigt timide qui pointe vers l’unilatéral Ragnarok, et là, les réprouvés déjà pas bien chanceux en reprendront une belle couche – mais en attendant, silence… Céline, lui, ne pas pas vraiment dans la douce anticipation, dans l’allusion voilée, l’à-venir à scruter dans la transparence du papier-Bible. Les corps, c’est ici et tout de suite qu’ils sont unis à l’âme, et tous en selle(s)! Liés par le contrat militaire et l’humaine condition. Pas besoin d’attendre le milieu de la course et la forêt obscure. Un cercle vous attend forcément, et pas besoin de Charon pour le rejoindre. «Vous êtes embarqué»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :