LXXIV. Jansénisme

2 juin 2013

Photo_Pascal-Blaise_001

*

« Quelle chimère est-ce donc que l’homme, quelle nouveauté, quel monstre, quel chaos, quel sujet de contradiction, quel prodige, juge de toute chose, imbécile ver de terre, dépositaire du vrai, cloaque d’incertitude et d’erreur, gloire et rebut de l’univers ! » On croirait le cri des pavés de nos villes, fatigués de devoir supporter nos pas d’ignobles créatures déchues: l’entière gamme des situations, de la plus triviale à la plus unique, appelle ce constat désespéré. On peut bien traiter de « monstre incompréhensible » son voisin de palier ou son professeur, ses plus proches parents ou l’inconnu croisé au hasard malheureux d’une rue, l’idée ne perd rien de sa force en changeant de contexte. Il n’y a jamais eu de plaidoyer si vibrant pour un retour à l’antimoderniste jansénisme, que la condition de l’homme post-moderne nec-plus-ultra du développement anthropologique, rejeton issu du croisement de la technologie et de l’idéal des Lumières – pourquoi se priver ? – tous deux trempés jusqu’à l’os de sainteté laïque dégoulinante. L’adepte d’un processus historique affinant son ouvrage en alignant les siècles se retrouve aussi piteux qu’un obèse sur sa balance après un marathon, tellement marri de n’avoir pas perdu gramme. On arrondit la note à l’unité supérieure, pour reconnaître l’effort, mais ça ne dépasse guère la moyenne: notre homo postpostmodernicus est un merveilleux raté. Ceux qui veulent encore y croient enfilent leurs lunettes en cul de bouteille, froncent le sourcil et guettent le coupable: qui donc est responsable de cette détérioration ? Faut-il ajouter plus de lipides ou enlever le gluten, pour que la ratatouille prenne enfin ? Ou bien quelqu’un aurait-il tout bonnement craché dans la soupe ? Les moralistes de tout poil, avides de surplomber un peu le désastre, s’inventent des saluts imaginaires, bien plus comestibles pour eux dont l’estomac ne tolère plus la religion: salut par l’art, pourquoi pas ! Eh, ça s’est déjà fait ! Et ça en jette ! L’Esthétique comme patex pour combler les trous dans les murs du sapiens ! L’Ars vivendi  comme nouvelle monnaie commune ! C’est si éthéré comme idéal, qu’on a plus besoin de système digestif, ça vous rentre directement par les pores ! Y aura toujours un rabat-joie pour vous jouer la mélodie lancinante de l’Ecclésiaste, mais après tout, si on aime ça, nous, courir après le vent ! Par simple envie, par esprit olympique ! Seulement, l’art n’est pas disponible. Laissez-lui un message, dès qu’il aura trouvé un moyen de sortir ses doigts de son rectum, il vous rappelle ! Mais je préfère vous prévenir, ça risque de prendre un moment. On en est encore qu’aux balbutiements, on tâte le terrain, en toute littéralité. Sinon, tentez toujours d’appeler l’Insipide, c’est notre médecin de garde; mais il est surbooké, c’est sûr … Tenez, rien qu’aujourd’hui: trop occupé à collecter les feedbacks de ses patients qui reviennent de Cannes, il a plus un créneau de libre ! On va finir par devoir laisser parler les jansénistes ! Ce serait quand même invraisemblable que notre époque ne parvienne pas à formuler une Bulle ! Hier encore elle ne faisait que ça !

Mais il faudra bien s’y résoudre: la psalmodie port-royaliste vient à nous sur le mode de l’appel d’air: on se demande encore par quelle « tour de folie » les Pensées de Pascal ne sont pas encore devenues notre nouveau Missel, notre passeport pour une existence supportable, le livre pour mettre fin à toute pensée, et toute littérature. Mais c’est que les jansénistes ont quelque chose de fondamentalement inactuel, qui fait qu’à chaque époque où un être humain se laissera aller à ses mauvais penchants – cela a bien dû ne pas exister, quelques jours avant qu’une bouchée de pomme donne le top départ de notre Calvaire – ils se présentent comme éminemment actuels. Ce que Pascal touche du doigt, c’est un transcendantal de bien meilleur aloi que la camelote husserlienne; un transcendantal qui n’a pas besoin de s’embarrasser de terminologie, de méthodologie, de réductions et de contremarques intellectuelles. C’est l’argument de vente ultime: testez, et vous verrez ! On est dans le domaine béni entre tous de l’a posteriori, ça ne peut que convaincre le prospect ! Seulement, notre client contemporain n’utilise pas le circuit logique traditionnel pour ses transactions. Si ça marche trop bien, ça devient suspect ! Trop simple ! Rasoir d’Ockham = rasoir tout court. Aussi élémentaire que ça ! Lui, il veut du sophistiqué, de l’alambiqué concentré, et si possible, qui soit si retors jusqu’au vocabulaire, que lui-même s’essore l’encéphale à chaque proposition. Le philosophe hipster est masochiste: si ça ne fait pas mal, ça ne vaut pas le coup. Pourtant, une telle mortification devrait le rapprocher plus que jamais de Pascal et consorts. Mais non. C’est comme une relation sado-masochiste de qualité, remarquez ! La douleur n’est jamais si bonne que lorsqu’elle est gratuite. Sans la moindre parcelle de sens. On ouvrira bientôt des clubs privés où dans l’obscurité complice et malfaisante de cellules aménagées, on s’adonnera au plaisir coupable de la phénoménologie. Gesamtausgabe de Heidegger en pleine poire ! Relis-moi encore cet article de Jean-Luc Marion ! Jusqu’à ce que chaque cavité de mon cerveau ruisselle de matière grise en échouant telle une baleine sur les rivages du Don ! Sois mon onto-rtionnaire ! Charon nous mènera en barque, on pourra remonter le fleuve jusqu’aux racines grecques de chaque foutu terme de notre vocabulaire !  Ton pseudonyme de dominatrice sera, pourquoi pas, aletheia ! Déclosion complète de notre nature ! Nous réaliserons les fantasmes millénaires des haruspices ! La charogne éventrée, et proprement exposée, on lira dans nos entrailles, pour se payer ensuite le luxe de soumettre la conclusion à tous les IRM du soupçon que nous a légué la tradition ! Juste pour frissonner de douter encore au-delà de tout pyrrhonisme ! C’est si indécent que j’ai été obligé d’arracher la couverture, et de la remplacer par celle d’un Kripke qui servait de cale à mon frigo. Après ça, qu’on vienne me parler de Pascal ! Pas le temps de visiter les caves du Vatican, le temps presse ! Je viens de trouver une niche académique, mais alors, pas piquée des vers ! Une innovation considérable ! Mais oui ! Partant du principe que Heidegger a dû inventer un autre langage pour parler de l’être-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, catégories de pensée oblige, j’affirme qu’il faut inventer quelque chose d’autre que le langage ! Et vlan ! Parce que trouver un nouveau langage au sein de notre répertoire d’expression, ça c’est calembredaines et compagnie ! Les corridors de toutes les facultés françaises sont peuplées de doctorants-épiciers prêts à vous échanger cette idée contre trois fois rien … Mais moi ! Comment ? Quelle sera cette nouvelle invention ? Ha ! Je vois !« Tendez la main, on vous prend le bras », hein ! Je ne fais que pointer du doigt une direction, et c’est déjà bien assez ! Je tend l’index vers la région du problématique ! An sich 200% ! Point final ! On est pas des prolétaires ! Faut pas abîmer l’instrument sinon le luth déclasse ! On dégringole, si on dévoile trop ! La philosophie, c’est un art de l’illusion: Fritz Lang avec un col roulé ! Suggestion, suspense, points de suspension. Oh, mais il ne manquerait plus que ça ne vous satisfasse pas ! Pourtant, même en conjuguant l’Esprit Absolu avec la Révolution Copernicienne, on a pas les moyens de s’offrir une Idée comme celle-là ! On se sent tout petit ! Même Agamben a dû hypothéquer sa carrière pour pouvoir relancer ! Il attend de savoir si je bluffe ! Haha ! Je lui souhaite bien de plaisir ! Le poker philosophique, c’est un autre genre d’herméneutique ! Plus vicelard, c’est certain ! On me chauffe déjà ma chaire au le Collège de France ! Alors, hein, « Roi de concupiscence », rien à carrer ! Je ne regarde que la Grandeur de l’Établissement ! J’ai loué ma concession pour dix ans dans la Revue de métaphysique et de morale … et Cash ! Je les ai renfloué pour autant ! Ah, ils peuvent me dire merci ! Non, vraiment, vous êtes bien mignon, avec vos breloques augustiniennes, mais allons ! Vous qui parlez de Morale ! De Justice ! Il faut savoir s’avouer vaincu ! Sans rancunes ! Ce n’est pas votre faute, si le hasard vous a fait contemporain d’un Gulliver de la sophia ! Vous êtes comme un faux Messie qui habite à côté de la masure du Christ … Ce sont des choses qui arrivent ! Et d’ailleurs, le marché n’est pas asséché pour autant ! Tenez ! A l’époque des Renoir, des Monet, des Degas, il y avait encore assez de béotiens pour acheter des Gérôme ! Il n’est pas dit que vous ne tirerez pas parti de votre infortune ! Seulement, l’Université ! N’y songez plus ! Je ne vois plus guère que les églises de quartier … Tondez le vison sur le dos des grand-mères ! La marchandise n’est pas encore gâtée ! Elles auront clapoté avant que d’avoir soupçonné l’astuce ! Et vous vivrez confortablement !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :