Breve faciam

4 mars 2012

« Si l’on accouple les deux notions de sexe et de sacré dans une sorte de carré logique, ou de partie carrée, dont les termes sont marqués différentiellement par un signe positif ou négatif, on obtient quatre combinaisons de base, d’abord une paire attendue, le sexe sacré (ou le sacré sexué) et le sexe profane, désacralisé ; la troisième possibilité pourrait s’appeler, en utilisant un néologisme que l’on rencontre dans le Journal des Goncourt et dans la correspondance de Flaubert, le sacré insexué, fondé sur l’écart et l’exclusion entre deux ordres jugés incompatibles par l’opinion commune ; enfin une quatrième figure élémentaire, que nous n’aurions pas pensé à convoquer et qui s’impose par la nécessité de remplir la dernière case du tableau : quelque chose comme la négation simultanée du sexe et du sacré.

Or ces quatre combinaisons a priori, dégagées abstraitement, trouvent des répondants dans le « corpus Flaubert »[…] »

extrait de:

Sacralisation et désacralisation du sexe chez Flaubert, par Yvan Leclerc

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :